Les effets de milieu influençant sur la croissance et le développement du poulain.

  Alimentation de la jument pendant la gestion Pendant les 8 premiers mois de gestation, les besoins de la juments sont limités. Les besoins deviennent maximum à partir du 9eme mois en raison du fort accroissement de poids que subit le fœtus. 9eme mois de gestation 10eme mois de gestation 11eme mois de gestation 1.1 X besoins d’entretien 1.15 X besoins d’entretien 1.20 X besoins d’entretien C’est à cette période que les apports alimentaires de la jument sont à même d’influencer la vitalité du poulain à la naissance. Cependant en cas de carences la jument est capable de puiser dans ses réserves lipidiques et protéiques pour assurer la croissance et le développement du fœtus. En revanche un apport excédentaire en énergie en fin de gestation se traduits par un engraissement de la jument responsable de difficulté de poulinage. Toutefois les conséquences de déficiences dans le régime alimentaire des poulinières en fin de gestation sont : carences en protéines = baisse de l’immunité du poulain, mauvais développement cérébral du fœtus qui s’exprime ultérieurement par une aptitude inférieure au dressage. carence en vitamines et minéraux : problèmes de développement osseux. baisse de l’état corporel de la jument = retard de croissance et poulain chétif. Age et parité de la jument Le poulain d’une primipare sera d’un format plus léger que les poulains suivants. ceci s’explique par le fait que les juments n’ont pas atteint leur plein développement utérin lors de la 1ère gestation. Le moule utérin atteindra sa taille maximale après le 3eme poulinage. De plus les juments primipares ont des productions laitières moins importantes. Etat de santé de la mère Des infections intra-utérine par agent pathogènes n’entraînent pas forcement l’avortement. Avec certaines bactéries (tel que l’aspergillus) le foal né vivant mais chétif. Ces infections se traduisent sur le poids du poulain plus que sur le développement. Alimentation du poulain L’alimentation du poulain est importante puisqu’elle est bien souvent un facteur limitant de l’expression du potentiel de croissance. Elle doit être raisonnée; car un apport déséquilibré voire excessif peu compromettre la carrière future du poulain. Les conditions d’élevage A) le mode d’élevage. D’après un bilan comparatif de 10 années de conduite à l’herbe de poulains en croissance dans deux zones géographiques différentes, la conduite des herbages (flores semée, fauche des refus, date de mise à l’herbe, fumure azotée) a un effet sur la vitesse de croissance, l’herbe étant mieux valorisée, que le poulain à été restreint pendant l’hiver (phénomène de croissance compensatrice). B) effets de la saison de poulinage. Les poulains de début d’année (1er trimestre) ont un poids et une taille supérieurs aux poulains nés durant le 2eme trimestre. Ces différences sembles persister avec l’age. C) le parisitisme. On constate que dans de nombreux élevages de type intensif, la vermification régulière diminue la morbidité et accélère les taux de croissance et de développement. D) le rôle du climat. Le climat peut affecter la prise alimentaire du poulain. Le gain de poids des poulains en atmosphère tempérée est de 29 % supérieur à

Lire la suite

Facteurs génétiques influençant sur la croissance et le développement du poulain

Voici un petit récapitulatif des facteurs génétiques influençant sur la croissance et le développement du poulain. Ceci vous aidera je l’espère à choisir les meilleurs reproducteurs pour vos futurs poulains. Virginie SUZANNE. Ce sont les gênes qui déterminent les potentiels de croissance et de performance des animaux, d’autres facteurs (effets maternels, alimentation, et élevage) vont agir sur l’expression de ces gênes. EFFETS MATERNELS.   La croissance et le développement des poulains dépendent de certains caractères physiologiques de leur mère : une études a montré que le poids des poulains est déterminé par la taille de la mère. (concernant le transfert d’embryon, le poids des produits issus d’un transfert augmente si la mère porteuse est de taille supérieure à la mère donneuse). C’est le développement et le volume de l’utérus qui expliquent la capacité de croissance du fœtus. Le volume de l’utérus est lié à la taille de la jument. Le format de la jument expliquerait jusqu’a 12% des variations de poids des poulains à la naissance. Autres exemple : l’âge de la mère : une jument primipare donnera naissance à un poulain plus léger que les suivants. Pour plus d’informations, à lire: « Lequel du père ou de la mère aura le plus d’influence sur la taille du poulain ? » EFFETS PATERNELS les facteurs paternels ont peu d’influence sur le fœtus et s’expriment principalement après la naissance. La plupart des variations morphologiques du père sont très héritables (poids du père, gain de poids et de croissance du poulain similaire à celui du père après la naissance). EFFETS DE LA RACE On enregistre les plus forts gains de poids sur des races de trait (par rapport aux chevaux de selle). La précocité dans le développement est aussi variable en fonction des races. Les races de selle sont plus précoces que les races de trait en première année de croissance. Ensuite entre 1 et 2 ans les vitesses de développement des différentes régions corporelles sont systématiquement plus forte chez les chevaux de trait que chez les chevaux de selle. EFFETS DE SEXE (DIMORPHISME SEXUEL) Les poulains sont généralement plus lourds que les pouliches. Ceci s’explique par le fait que les mâles sont portés en moyenne 2 à 3 jours de plus que les femelles. Jusqu’au sevrage le potentiel de croissance est identique pour les 2 sexes. Le dimorphisme sexuel n’apparaît qu’à 24 mois pour les chevaux de selle et à 18 mois pour les chevaux de trait. A l’âge adulte les juments pèsent 10% de moins que les étalons. Cependant les femelles sont plus précoces au niveau du développement. Elles atteignent leurs mensurations adultes vers 2 à 3 ans contre 3 a 4 ans pour les mâles. Appris lors de la préparation de mon diplôme de BTSA responsable d’exploitation agricole avec option élevage équin, j’utilise ses méthode depuis la création de mon élevage. Article rédigé par Virginie SUZANNE de l’élevage MVS INDIAN’S HORSES et inspiré des cours de Valérie LITAIZE professeur en biologie animale.  

Lire la suite

Lequel du père ou de la mère aura le plus d’influence sur la taille du poulain ?

  Cette influence est-elle permanente? Est-ce que cela dépend de la date de naissance, de l’âge de la mère ? Vous l’avez deviné! La jument a plus d’influence sur la taille finale des poulains. Une étude intéressante a été réalisée au Etat-Unis sur un échantillon représentatif, afin de déterminer cette influence. Des étalons ont sailli des juments ponettes, et des étalons poneys ont sailli des juments (avec un peu d’aide!). Les poulains résultants ont été élevés en extérieur, des mesures fréquentes ont été faites. Nous nous sommes souvent demandés si une ponette pouvait être saillie par un étalon de taille moyenne, ou plus exactement, si elle pouvait avoir un poulain sans problème d’un étalon plus grand. » La réponse est oui. Les poulains résultants de ces croisements ont été suivis à l’âge adulte. Les poulains de ponettes étaient plus petits à la naissance, à un an, et à deux ans. Ils n’ont jamais rattrapés la taille des poulains des juments de taille moyenne. Le volume de la cavité abdominale de la mère est ce qui détermine la taille des poulains. Plus l’abdomen de la poulinière est volumineux, plus le poulain se développera. L’abdomen étant plus petit chez les ponettes, la taille des poulains en sera limitée, et c’est pourquoi la ponette peut tout de même avoir un poulain d’un étalon plus grand. C’est aussi la raison pour laquelle le premier poulain de n’importe quelle jument sera son plus petit poulain. Naturellement, les poulains seront plus grands que les pouliches. Cela se voit à la naissance et la différence augmente avec l’âge. Mais il prendront plus de temps pour atteindre leur taille adulte. C’est d’autant plus vrai pour les races lourdes. Plus elles sont lourdes, plus elles grandissent lentement. Par exemple, à deux ans un Arabe fera 90% de sa taille adulte, alors que le Percheron sera seulement à 87%. Avec une ration équilibrée et de bons soins pour éviter toute maladie, tous les poulains atteindront la taille de leur potentiel génétique. Par le Dr. Robert Leonard, DVM, Traduit de l’anglais par Isabelle PIQUEE. informations sur http://horsedoc_org.tripod.com  

Lire la suite

Les signes d’alerte de l’hyperthermie chez le cheval

Selon les propos de Dave Freeman : division des équidés de l’Université d’Etat de l’Oklahoma. A Stillwater en Oklahoma, les températures diurnes s’élèvent rapidement pour atteindre 38° C en 90 minutes. Cela signifie que les propriétaires de chevaux auront à surveiller de près leurs animaux. « La chaleur est une conséquence normale des processus métaboliques du cheval ». Pendant le travail, la production de chaleur augmente de façon conséquente. Par rapport au repos, la production de chaleur peut augmenter de 50% lors d’exercices intenses. En conséquence la transpiration, la circulation capillaire sous cutanée et la fréquence respiratoire sont accrues afin d’éliminer la chaleur produite. « L’hyperthermie induite par le travail survient lorsque la température extérieure est élevée »   Les signes d’hyperthermie, couramment observés sont une sudation profuse et des fréquences cardiaque et respiratoire élevées. De plus certains chevaux souffrent d’anhidrose, c’est à dire qu’ils ne peuvent pas produire ou produisent peu de sueur. C’est parce que la thermorégulation est essentiellement dépendante de la convection (aération par le vent) et de l’évaporation (de la transpiration), que les chevaux anhydres sont les premiers candidats à l’hyperthermie. « L’hyperthermie se transforme rapidement en coup de chaleur si l’intensité du travail, la température ambiante et l’humidité surchargent la capacité de refroidissement du cheval. »   Les signes du coup de chaleur sont: peau sèche et chaude, fréquences cardiaque et respiratoire supérieures aux normes et température rectale anormalement élevée. « Le coup de chaleur est une menace vitale; le propriétaire devrait rapidement appeler un vétérinaire équin. Le cheval sera placé en un lieu ombragé et très aéré. On arrosera les jambes de l’animal afin de faciliter la déperdition de chaleur. Dans les cas graves, on enveloppera des sacs de glace sur les jambes et les régions richement vascularisées. Le vétérinaire doit apporter de grandes quantités de liquide (par voie IV) à l’animal et pourra même administrer des lavements (rectaux) d’eau glacée ou arroser le cheval avec cette eau, si la température centrale est très élevée. Normalement, la température rectale d’un cheval avoisine 38°3 C. La température critique, celle qui, maintenue trop longtemps, engage le pronostic vital, avoisine les 40° C  »   Le meilleur conseil à donner aux cavaliers est d’apprendre à reconnaître l’hyperthermie avant qu’elle ne se transforme en coup de chaleur.  Arrêter tout exercice et refroidir le corps de l’animal en le mettant à l’ombre     dans un lieu bien aéré contribue à stopper l’évolution vers le coup de chaleur. « On fera attention à ce que le cheval ne se déshydrate pas lors de longues séances de travail. De grandes quantités de fluides peuvent être perdues par transpiration. » « La vieille habitude de restreindre les apports d’eau chez le cheval pendant le travail n’a pas de base scientifique. » « En principe les chevaux seront autorisés à boire aussi souvent qu’ils le désirent même pendant le travail, à moins qu’ils ne montrent des signes évidents d’hyperthermie. » Un cheval peut souffrir de coliques s’il absorbe de grandes quantités d’eau d’un trait; par conséquent, lorsqu’il fait chaud, les cavaliers leur donneront à boire de

Lire la suite

Cryptorchidie chez le poulain

  Avant sa naissance, les testicules du futur poulain  » sont retenus  » dans la cavité abdominale. Peu avant la naissance, ils descendent par la boucle inguinale, et arrivent dans le scrotum. Parfois pour diverses raisons, un ou tous les deux (généralement un) ne descendent pas comme ils devraient. Les boucles vaginales se ferment pendant les deux premières semaines de la vie du poulain, et ceci empêchera un testicule qui n’est pas entièrement descendu de l’abdomen de pouvoir descendre ultérieurement. Il y a plusieurs types de cryptorchidies, ou de rétentions testiculaires. Le type le plus dur à traiter est une rétention abdominale complète. Dans ce cas, le testicule est entièrement maintenu dans l’abdomen, et est mobile dans la cavité abdominale. Typiquement, le testicule sera petit est mou. Il est extrêmement peu probable qu’il puisse produire du sperme, bien qu’il y ait déjà eu un cas enregistré. Le sperme dans ce cas ne sera pas fertile. Le testicule n’est pas palpable extérieurement. La rétention abdominale inachevée est seulement marginalement et plus facile à traiter, parce que le testicule est maintenu et n’est pas mobile dans cavité abdominale, mais est habituellement située en profondeur dans la boucle inguinale, avec des parties du tissu testiculaires coincées dans la boucle vaginale. Dans ce cas les testicules peuvent parfois être palpés extérieurement lorsque le cheval est dans une bonne position, et même souvent lorsqu’il est anesthésié. La rétention inguinale permanente est le cas où le testicule est descendu par la boucle inguinale, mais est emprisonnée dans canal inguinal. Il est difficile ou impossible de palpé, seulement si le cheval est anesthésié. La prudence est conseillée parce qu’il est possible de confondre cette rétention inguinale permanente avec une rétention abdominale inachevée. Dans les deux exemples la queue de l’épididyme dans un processus vaginal peut être touchée. L’un ou l’autre testicule peut être retenu par l’autre testicule et parfois même ce dernier étant lui-même maintenu à l’abdomen. Un animal dans cette condition est parfois appelé de  » hauts flancs « . La rétention inguinale provisoire est le cas qui où il y a plus d’espoir pour le propriétaire du cheval. Le testicule maintenu peut être palpable dans le canal inguinal extérieurement lorsque le cheval est dans une bonne position, et le sera certainement avec une anesthésie. Le testicule droit est le plus généralement affectée (dans plus des trois quarts de cas). Avec ce type de rétention, le testicule devra descendre de lui-même avant que le poulain ait trois ans, bien que des cas aient été enregistrés où le cheval ait atteint 6 ans. Dans ce type de rétention, on peut parfois facilité la descente du testicule l’animal avec de l’hCG (humain chorionique gonadotrophine), qui stimulera artificiellement la production normale de testostérone. Dans certains cas de rétention inguinale provisoire, il n’y pas de production spermatique, et s’il en a, il est stérile. C’est le résultat des dégâts provoqués par la trop forte température ambiante corporelle. Occasionnellement, du sperme pourra être produit dans le cas d’une rétention inguinale provisoire, si

Lire la suite

Les soins dentaires pour le cheval 2

  Des soins dentaires courant sont essentiels à la santé de votre cheval. Des examens périodiques et un entretien régulier, tel que le limage, sont particulièrement nécessaire pour un certain nombre de raisons: · Nous avons modifié le régime alimentaire du cheval et des son mode d’alimentation par sa domestication; · Nous exigeons plus de notre cheval, et ce, dès son plus jeune âge; · Nous sélectionnons le plus souvent des reproducteurs sans se soucier des problèmes dentaires. Des soins dentaires appropriés ont leur intérêt. Votre cheval sera mieux dans son corps et donc mieux dans sa tête, il optimisera ses rations alimentaires, sera plus apte physiquement et vivra plus longtemps. La bouche du cheval Les chevaux ont évolués en tant qu’herbivores, et leurs dents sont parfaitement adaptées dans ce but. Les dents de devant, connues sous le nom d’incisives, fonctionnent pour cisailler le fourrage. Les molaires et les prémolaires sont larges et plates, elles broient les aliments, avant qu’ils soient avalés. Comme pour les humains, les chevaux ont deux ensembles de dents dans leur vie. Les premières dents, également appelées les dents de lait, sont provisoires. Les premières incisives peuvent sortir avant la naissance du poulain. Le poulain aura toutes ses dents de lait à 8 mois. Les dents d’adulte commencent à remplacer les dents de lait vers 2 ans et 1/2. A 5 ans, la plupart des chevaux ont leurs dents permanentes. Un mâle adulte a 40 dents permanentes. Une jument peut en avoir entre 36 et 40, parce que elles n’ont pas toujours leurs canines. Problèmes dentaires communs Les chevaux peuvent souffrir de beaucoup de problèmes dentaires. Les plus communs sont : · L’émail trop pointue sur les bords des molaires, entraînant des coupures sur les joues et la langue ; · Les dents de lait restent en place ; · Des crochets se forment sur les molaires supérieures et inférieures ; · Canines longues et/ou pointues interférant sur l’insertion d’autres dents ; · Dents perdues et/ou cassées ; · Dents anormalement longues ; · Dents et/ou gencives infectées ; · Mauvais alignement des dents (peut être dû aux défauts congénitaux) ; · La maladie périodontique (des gencives). Identification des problèmes dentaires Les chevaux avec des problèmes dentaires présentes des signes particuliers, tels que la douleur ou l’irritation, ou inversement, ils peuvent ne montrer aucun signe apparent du tout. Cela est dû au fait que quelques chevaux s’adaptent simplement à leur malaise. Pour cette raison, on peut détecter ses problème par : · Perte d’aliments de la bouche en mangeant, difficulté de mastication, ou salivation excessive ; · Perte de poids ; · Grandes particules non digérées (longues tiges ou grain entier) dans les fèces. · Inclinaison de l’encolure pour placer la tête en l’air, mâchant peu, langue pendante, ne supportant pas le mord ; · A la monte : ne tournent pas ou ne s’arrêtent pas, ou même s’oppose à tout ordre ; · Odeur fétide de bouche ou des narines, ou traces de sang de

Lire la suite

Acheter un cheval américain pour le loisir

Cet article traite des chevaux de loisir et non de compétition et se limite aux races quarter horse, appaloosa et paint horse.   1. Choisir la race Paint, quarter ou appaloosa, c’est surtout une affaire de goût. Mais au-delà des différences purement esthétiques, il existe des caractéristiques spécifiques à chaque race. Entre le paint horse et le quarter horse, il n’y a à priori pas de différence notable puisque le paint est un quarter avec trop de blanc. On a souvent reproché au paint d’avoir été sélectionné sur la robe plutôt que sur le mental ou les performances athlétiques, mais aujourd’hui les éleveurs privilégient le croisement paint x quarter et la qualité des paint horses s’est accrue. Le quarter horse est sans nul doute le plus grand athlète des trois, il « truste » d’ailleurs tous les podiums en équitation western. Rapide, maniable, capable accélérations très rapides, il sera votre monture idéale si vous aimez les chevaux sportifs, réactifs, qui ont « du répondant », et si vous souhaitez pratiquer la balade mais également faire quelques patterns de reining. Quant à l’appaloosa moderne, issu de croisements avec le quarter horse, il ressemble de plus en plus à ce dernier (tout dépend du pourcentage de quarter contenu dans le pedigree). L’appaloosa d’origine ou « fondation »est, lui, assez différent : s’il est moins agile et rapide que le quarter, il est en revanche plus rustique (alimentation, climat), plus robuste (pieds et membres notamment) et plus endurant (fibres musculaires spécifiques). La morphologie de l’appaloosa « fondation », plus proche de celle des chevaux européens que le quarter, en fait un bon prospect pour l’équitation classique (dressage et obstacle) et l’attelage. Du point de vue esthétique, le quarter horse a l’avantage de la discrétion, tandis que posséder un paint ou un appaloosa, c’est comme avoir une « oeuvre d’art » dans son jardin… 2. Choisir le sexe La demande pour les juments de races américaines est forte, aussi sont-elles rares et relativement chères, notamment lorsqu’elles possèdent une très belle robe. Les pouliches se vendent généralement jeunes et plus rapidement que les mâles, que l’éleveur devra souvent garder jusqu’à ce qu’ils soient débourrés et castrés. Si elle est plus chère à l’achat, la jument présente l’avantage d’être un bon investissement puisqu’elle pourra vous faire quelques poulains (mais attention, cela représente une charge de travail et un coût non négligeable) ou être revendue comme reproductrice en cas de problème. Côté caractère, si les juments ont leurs amateurs, elles ont aussi leurs détracteurs : humeur variable, caractérielles, souvent dominantes… Mais on rencontre également des juments particulièrement douces… L’étalon, lui, s’il nécessite un peu plus d’autorité, a en revanche un caractère plus constant et prévisible que la jument. Néanmoins, même si les étalons de races américaines sont plus calmes et moins chauds que leurs homologues d’autres races, si vous n’avez pas prévu de faire saillir votre entier, castrez-le, cela vous simplifiera la vie (au pré, en balade avec des juments etc…). Quant au hongre, le « troisième sexe », il est de l’avis général le plus facile à vivre.

Lire la suite

Le Yoseikan Bajutsu

Art martial – Techniques de combat à cheval.     Qu’est-ce donc au juste ? Un art martial à dos de cheval, mais encore ? Basé sur les plus anciennes techniques guerrières de l’époque féodale japonaise, c’est en fait la pratique des méthodes de combat utilisées par les célèbres Samouraïs. Si le but de cette discipline n’est plus aujourd’hui de faire la guerre, elle n’en reste pas moins un art martial, ainsi qu’une discipline équestre à part entière. Cette discipline regroupe un ensemble de techniques assez variées telles que : le tir à l’arc à cheval, les combats au sabre, le lancé de javelot, le maniement de la lance, du poignard et du bâton, le travail des chutes, les techniques de monte, le dressage, la voltige en ligne, le travail avec fantassins, le saut d’obstacles, le travail à mains nues avec fantassins ou entre cavaliers, l’étude de katas (canevas – comparable à une reprise en dressage en quelque sorte), etc… Cet art de l’équitation associée au tir à l’arc se continue encore dans la pratique du Yabusame (exercice de tir à l’arc pratiqué de nos jours au Japon lors des cérémonies traditionnelles shinto). Autrefois, au Japon, on montait à cheval par la droite, en portant le poids du corps vers l’arrière, contrairement à la coutume actuelle. Le Samourai à cheval accrochait les rênes à un anneau de son armure afin d’avoir les mains libres pour combattre ou tirer à l’arc, et dirigeait alors sa monture uniquement par les jambes et le poids de son corps. La selle était en bois recouvert de tissu ou de cuir, et comportait un dosseret. Les étriers étaient larges et profonds, permettant une assiette stable à toutes les allures. Le Ba (cheval) Jutsu (technique) comprenait des cours complets d’équitation avec et sans armures, allant du dressage des chevaux à la maîtrise des aides, et comportait des sauts d’obstacles, des traversées de rivières, ainsi que l’apprentissage de l’usage d’armes diverses que l’on pouvait manier à cheval : grands sabres, arc, yari, naginata, etc… Chaque famille guerrière avait ses propres techniques de Bajutsu. Une des plus anciennes écoles traditionnelles de Bajutsu était celle appelée Otsubo-ryû, créée au XVème siècle et qui utilisait le grand arc (yumi) et un très long sabre courbe (O-dachi). Ce tir à l’arc, considéré en Europe comme « féodal » et non-noble, était au Japon, l’apanage des aristocrates et de certains corps spéciaux de cavalerie. Pour les combats, les chevaux étaient protégés d’une armure en cuir avec des plaques de métal sur le chanfrein. Le Bajutsu se maintint au Japon jusque vers 1600 où il disparut définitivement suite à l’utilisation des armes à feu au combat. Aujourd’hui, les choses ont un peu changées, et c’est ainsi que fin des années 80, le Maître japonais Hiroo MOCHIZUKI (issu lui-même d’une lignée de Samourais), fondateur de l’Ecole YOSEIKAN a renoué avec la tradition et remis au « goût du jour » la pratique du Bajutsu. De par ses origines, et fort de son expérience des Budos (8ème Dan Jiu-Jitsu, 8

Lire la suite

Le Quarter Horse

  « Tout Quarter Horse doit être capable de courir le quart de mile en vingt trois secondes ou de prouver qu’il est capable de performances en tant que cheval de ranch. »  AQHA Executive Committe minutes, April 22,1940. Plus de cinquante années après, on mesure le formidable chemin parcouru et la polyvalence du Quarter Horse qui peut s’exprimer au travers des 24 disciplines d’Equitation Western et Anglaise approuvées par l’AQHA.(American Quarter Horse Association) Avec un effectif atteignant les 4 millions de sujets, le Quarter est la race équine la plus représentée au monde. D’où viens-tu « Steel Dust » ? Une légende célèbre au Texas raconte l’histoire d’un cheval merveilleux appelé « Steel Dust ».Comme Pégase de la mythologie Grèque, Steel Dust pouvait voler, mais à une vitesse étonnante sans jamais quitter le sol… Né au Kentucky, descendant d’un grand étalon « Archy », Steel  Dust arriva au Texas dans la première année de sa vie en 1844. Depuis, sa légende et sa progéniture rayonnèrent au delà des frontières Texanes, et le nom de « Steel Dust » finit par désigner une race de chevaux toute entière, celle du futur « Quarter Horse ». Ce sont les courses sur 400 m (quart de mile) organisées par les planteurs de coton de l’époque coloniale dans les Etats de sud, qui finirent par inspirer définitivement le nom de la race, et notre « Quarter Miler » devint finalement « Quarter Horse », le cheval de quart de mile. Cependant son origine génétique, remonte bien avant celle de son nom. Elle remonte à l’époque de la colonisation des Etats Unis au début du 17ème siècle. Pour sa conquête, Cortez et ses conquistadors, montaient des chevaux espagnols eux-mêmes issus des Barbes Nord-Africains arrivés sur le territoire Espagnol lors de l’invasion de celui-ci par les Maures à partir de l’an 710. Ces chevaux Barbes furent ensuite croisés avec les chevaux des colons Anglais arrivés aux Etats-Unis vers 1600. Plus tard,en 1728, le monde des courses fut révolutionné en Grande-Bretagne, par un cheval nommé  « Godolphin Arabian ».Cet étalon devait devenir un des 3 étalons qui fondèrent la race du « Pur-Sang ». Les colons ne furent pas insensibles au succès de Godolphin. Aussi, en 1752, John Randolph installé en Virginie, importa un petit-fils de Godolphin apellé « Janus ». Janus fût alors  croisé avec la jumenterie locale, le résultat fit naître le prototype du Quarter-Horse Américain ! L’ingrédient final de la formule génétique qui produisit le Quarter, prend racine à l’ouest de la rivière Mississipi avec le Mustang, un cheval sauvage descendant lui-même des Barbes Espagnols, doté d’une solide rusticité, qui compléta donc la création du Quarter Horse Américain. L’origine du « cow sense » Avec une telle richesse génétique, on comprend une des raisons de la formidable polyvalence du Quarter. Cependant sa sélection fût dès le début et encore de nos jours, axée sur le travail du bétail. C’est après la fin de la guerre civile, que l’industrie du bétail prit son essor. Les cow-boys virent dans le Quarter le compagnon idéal, à la fois coopératif dans le tempérament, souple et extrêmement agile physiquement face au bétail.

Lire la suite

Le cheval Frison Roi de Hollande

Le Noble Frison      La race du frison, originaire des Pays-Bas, province de Friesland est unique pour plusieurs raisons: son antiquité, la gestion du stud-book et sa morphologie. Ses origines sont anciennes. Bien connus comme chevaux de bataille, on peut les voir sur les tableaux des Maîtres Flamands du moyen âge, et c’est à cette époque qu’ils ont pris un peu de sang des chevaux andalouse. Au 18e siècle la race était protégée par les lois et les décrets des rois de France pendant l’occupation des Pays-bas. Leur allure haute et leur encolure noble étaient les caractéristiques demandées par les officiers supérieurs de l’armée. Pour promouvoir l’élevage des chevaux correspondants à ces critères, un système de primes offertes par le roi fut instauré pour les meilleurs étalons frisons. Après une première crise au début du 20e siècle et une deuxième pendant les années 50-60, la race était proche de l’extinction. Les paysans de Friesland avaient résisté à faire des croisements avec les pur-sangs anglais favorisés par beaucoup dans d’autres races. Enfin, ils ont gardé leur race pure et nous pouvons profiter de leurs efforts aujourd’hui. Heureusement le stud-book, fondé en 1879, continue à protéger la race et maintenant les chevaux frisons se trouvent partout dans le monde. La chaise du stud-book est toujours en Hollande et le jury hollandais se déplace chaque année, dans tous les pays pour juger les nouveau poulains, les poulinières et les étalons, afin d’assurer que le frison de demain soit aussi bien, et même meilleur, que celui d’aujourd’hui. Maintenant, les frisons sont sélectionnées très strictement pour l’élevage mais il en reste beaucoup pour d’autres activités, même des juments. Donc, il est possible d’avoir un frison avec les meilleurs papiers, normalement pour l’élevage de produits de la plus haute qualité, ou un frison quotidien, qui a des parents avec pleins papiers, et peut servir pour la randonnée, la promenade, l’attelage, etc., …. ouque pour l’amitié. C’est à dire qu’il existe un frison pour chacun. Tous les frisons ont bon caractère, sont robustes, intelligents et généreux. Leur beauté, leur puissance, leur légèreté et leur obéissance en font un merveilleux cheval d’attelage et de selle (dressage, présentation et cirque). En 1994, il y a eu un transport de chevaux frisons en provenance d’Hollande; « LES PERLES NOIRES » de ‘Chez Mistral’ arrivaient en Charente. Dès leur arrivée, les juments, les hongres et l’étalon ont eu une liberté de sur un terrain sauvage avec de l’eau naturelle. Ici les juments sont saillies naturellement par l’étalon ‘Prins Willem Alexander’ sans stresse d’insémination, elles suivent le rythme des saisons, du soleil et de la verdure qui agit sur leur cycle naturel (comme tous les animaux) pour le meilleur avantage des produits. Les poulains ont l’avantage de grandir en troupeau et se trouvent doucement et petit à petit sevrés de leur mère avant de commencer une nouvelle vie avec un nouveau propriétaire. Chacun des chevaux, à tout âge, est travaillé régulièrement dans sa propre discipline, ou sevrage ou attelage ou dressage ou spectacle. Voici l’exemple d’ « Ids », un des poulains arrivé avec le transport originel en 1994 (voir photos). Sa propriétaire et dompteuse Miriam

Lire la suite