Estimation de la taille et du poids du cheval

Comment estimer la taille et le poids du cheval ? J’ai remarqué que beaucoup de personnes ne savent pas comment estimer le poids de leurs chevaux ou comment calculer la taille adulte éventuelle de leurs poulains. Voici quelques méthodes de calcul relativement simple que j’utilise depuis déjà quelques temps et qui m’ont été enseignées lors du passage de mon diplôme de responsable d’exploitation agricole option élevage équin. Virginie SUZANNE. ESTIMATION DE LA TAILLE Pour estimer approximativement la taille adulte de votre poulain, rien de plus simple, il suffit de savoir qu’à sa naissance, il mesure déjà 60% de sa taille adulte, à 6 mois, il fait 80% de sa taille adulte et a 1 an il est a 88% de sa taille adulte. Considérez qu’un poulain fait 1 m 34 à 6 mois, faites le calcul suivant pour avoir une estimation de sa taille adulte. 1.34/0.8 = 1m67. Votre poulain mesurera aux alentours des 1m67 a l’age adulte. Ceci est bien approximatif et ne s’applique pas à tous les chevaux, tout dépend de leur vitesse de croissance. ESTIMATON DU POIDS Dans la plupart des cas, le poids vif ne peut être estimé dans la nature car on ne dispose pas de bascule. La précision du poids vif au coup d’œil est très faible voir impossible. Voici donc une méthode de calcul du poids vif basée sur les mensurations. Le périmètre thoracique est mesuré à l’aide d’une corde + un mètre (ou un décamètre) au niveau du passage de sangle (sortie du garrot y compris). Le périmètre thoracique et la hauteur du garrot seront exprimés en cm. (voir schéma ci-dessus). – pour une poulinière: poids vif en KG = (5.2 X périmètre thoracique) + (2.6 X hauteur au garrot) – 855. la précision est a + ou – 25 kg. – pour un poulain de 1mois a 6 mois : poids vif en KG = (7.2 X hauteur au garrot (en mètre)) + 120 X (périmètre thoracique (en mètre))² + 4.9 X age (en mois) la précision est de + ou – 5 kg – pour un cheval en croissance de 6 mois à 4 ans : poids vif en KG = 4.5 X périmètre thoracique – 370 la précision est de + ou – 23 kg -pour un cheval au travail quel que soit le sexe : poids vif en KG = (4.3 X périmètre thoracique) + (3 X hauteur au garrot) – 785 la précision est de + ou – 26 kg exemple pour une poulinière ayant un périmètre thoracique de 192 cm et une hauteur au garrot de 157 cm : (5.2 X 192) + (2.6 x 157) – 855 = 552 kg Il est important de savoir calculer le poids de son cheval dans le cas d’administration de médicament, de vermifuge ou tout simplement pour connaître son état d’entretient. Article rédigé par Michel et Virginie SUZANNE de MVS INDIAN’S HORSES. DÉCOUVREZ LE VRAI APPALOOSA INDIEN, cliquez ici  

Lire la suite

Recette de Mashes

La fameuse recette de mashes !      Les mashes sont des compositions de grains cuits dans l’eau bouillante, additionnés ou non de son,  de graines de lin, de sel, de bicarbonate de sodium, et qui trempent pendant plusieurs heures (en général une nuit) avant d’être distribuées à titre diététique avant un jour de repos. Elles peuvent avoir un effet déminéralisant lorsqu’elles sont trop riches en son et distribuées de façon trop fréquente. Faire cuire : 30 g de graines de lin. 250 g de paille hachée 200 g de foin haché 500 g d’avoine concassée 10 g de sel 160 g de son 80 g de farine d’orge recouvrir le tout de 2 litres d’eau bouillante. couvrir, laisser refroidir et mélanger avant de servir. Ou cuire : 1 kg d’avoine et une poignée de graines de lin dans 5 litres d’eau 15 g de bicarbonate de soude 1 cuiller à soupe de sel laisser refroidir en incorporant 250 g de son.   source image : www.flickr.com/photos/smason/123089232

Lire la suite

Comment s’assurer que le poulain reçoit son lait ?

Est-ce que je votre poulain bois son lait ?     Les prématurés chez les chevaux sont rares mais ils existent. Alors que certains sont justes prématurés, pour d’autres, c’est leur mère qui n’est pas encore prête à les élever. Le manque de lait est alors le gros problème. Il existe plusieurs manières pour s’assurer que tout va bien. En premier lieu, il faut s’assurer que la mamelle est pleine. Si la mamelle ne se rempli pas deux semaines avant le poulinage, ou une semaine avant pour une mère multipart, Il faudra alors s’inquiéter. Il existe des stimulants lactiques pour y remédier, une administration orale quelques jours avant le poulinage et après pour soutenir la lactation sont alors efficaces. Demandez les renseignements auprès de votre vétérinaire. Le poulain commencera à téter sa mère peu de temps après la naissance. Si la jument lui fournit son lait, vous verrez les premiers crottins arriver quelques heures après. Les deux premiers seront foncés, durs, et moulés. Le suivant commencera à prendre une couleur jaunâtre (celle du lait) et sera plus mou. Donc, la vérification de l’aspect des crottins est un bon moyen de s’assurer que le poulain reçoit bien le lait et particulièrement le colostrum (premier lait). Si le poulain va à la tété mais qu’à son comportement, on le voit crispé et la queue dressée, cela doit vous interpeller. Il doit être tout simplement constipé. Un lavement peut l’aider à faire passer ce crottin dur. Si le poulain ne reçoit pas assez de lait, il sera le plus certainement constipé. C’est également un signal pour commencer à complémenter le poulain. Il peut se maintenir en forme pendant 48 heures après la naissance, mais sans lait il sera très vite faible tout comme le pronostic pour son rétablissement. Un mauvais départ dans la vie peut être découvert par : – une constipation ; -une mère qui ne donne pas de lait ou qui le retient ; – une mère qui ne laisse pas son poulain se nourrir ou le poulain ne reçoit pas le lait. Même avec une attention particulière, si le poulain doit être complémenté, il ne recevra pas le colostrum. Bien que les intestins soient actifs, avec ce lait synthétique, l’immunité du foal sera basse et nous devrons être vigilants sur la cicatrisation du nombril ou tout autres blessures pouvant occasionner une infection. Toute égratignure pendant les trois jours suivants la naissance doivent être traitées en urgence. Voici un autre signe que le poulain nous donne, mais qui peut prêter à confusion. Si le poulain nouveau-né dort, et cela parce que tout va bien, son estomac est plein ! méfiez-vous il peut dormir également parce qu’il est faible! De nouveau, la meilleure manière de se fixer est de vérifier le crottin. Si le crottin est couleur caramel ou beurre, le bébé dort parce qu’il est contenu. La manière la plus sûre de déterminer si le poulain a reçu son lait est de vérifier la mamelle douze heures après le poulinage. Si vous trayez du lait

Lire la suite

L’alimentation des jeunes chevaux

Quel est l’alimentation que doit avoir des poulains ?   But : Fournir un régime alimentaire qui satisfera les besoins de croissance et de développement du poulain. Considérations : Rythme de croissance et état de chair – le rythme de croissance devrait être régulier et l’état de chair devrait rester modéré avec les muscles couverts d’une couche de graisse, sans quelle soit excessive. Il est important de fournir une quantité et une qualité protéique – la qualité des protéines est plus importante. En effet, l’alimentation doit fournir de la lysine, de la thréonine et de la méthionine.   L’équilibre minéral – fournissez le calcium, le phosphore, le cuivre, et le zinc adéquats. Il n’existe aucun aliment magique, l’équilibre est la clé. Les nutriments de qualité sont plus facilement assimilés par le système digestif non mature du jeune cheval. Les intestins ne sont pas entièrement fonctionnels jusqu’ à presque deux ans, ainsi ils ont une capacité limitée d’assimilation des fibres, en particulier celles de qualité inférieure à moyen . Des aliments équilibrés – équilibrez l’énergie avec les protéines, les vitamines et les minéraux. Équilibrez le concentré et le foin – le foin fournit des calories permettant de conserver les graisses, mais n’est pas assez nutritif pour la croissance des jeunes. Il est recommandé de fournir au sevrage de 40 à 65% de fourrage et 35 à 60% de concentré. Pour les poulains de un an, de 75 à 80% de fourrage et de 20 à 25% de concentré. Malheureusement beaucoup de propriétaires alimentent les jeunes au sevrage, dans les proportions 50/50 et de même pour les poulains d’un an. Il faut préférer une alimentation naturelle aux granules. Disponibilité de foin de bonne qualité. Situations d’alimentation; plutôt en groupe que seul – les jeunes sont ainsi rassurés et apprennent à avoir une place dans le groupe. Un jeune cheval qui connaît les règles de vie en troupeau sera un cheval paisible dans ses activités d’adulte. La cadence de croissance – rapide, modérée, lente (les cadences modérées ou lentes peuvent être les plus sûres, mais une cadence de croissance cohérente est la clé).  Par Dr. Karen E. Davison, DMV  

Lire la suite

La nutrition et les coliques du cheval

Quel est le lien entre colique et nutrition du cheval ?     La plupart des propriétaires et éleveurs de chevaux savent bien qu’une alimentation inappropriées peut avoir des coliques comme conséquences. Mais pour le moment, il existe peu de sujets de recherche dans ce domaine. Voici quelques réponses aux questions les plus courantes sur le sujet.              Combien de repas dois-je fournir à mon cheval par jour pour éviter la colique ? Il est assez risqué de nourrir les chevaux et les poneys en une seul ration journalière. Les nutritionnistes recommandent d’éviter l’apport de grains en trop grande quantité d’un seul coup et préconisent de diviser les rations en deux apports ou plus. L’idéal serait de ne pas fournir plus de 2,3 kg de grains par repas simple. Quelques études recommandent de diviser les repas en trois parts.              Dois-je donner à boire à mon cheval avant ou après mangé ? La réponse est : vous devriez donner à boire avant et après, bien qu’aucune thèse précise qu’abreuver après la prise d’aliments diminue l’efficacité digestive. Rendez-vous compte cependant, que les changements soudains des habitudes d’abreuvage peuvent causer des troubles stomacaux.              Comment puis-je éviter les changements alimentaires soudains ? Il faut considérer que les changements alimentaires brusques peuvent causer les coliques. Beaucoup de propriétaires de chevaux ont compris qu’il est mieux de faire le changement sur une période de 4 à 5 jours. Le passage d’une nourriture sèche à une nourriture humide dois être plus long.              L’apport de fibres prévient-il de la colique ? Cette une question que l’on pose à chaque retour du printemps lorsque les chevaux retrouvent les verts pâturages. Quelques chercheurs ont constaté que vous pouvez diminuer les risques de colique dans cette situation en fournissant le foin à volonté au pâturage, ou avant l’accès au pâturage.             Les pommes sont-elles dangereuses ? Elles peuvent l’être. Mais personne n’est sûr du nombre de pommes que chaque cheval peut manger avant de tomber malade. Mais permettre à un cheval d’y avoir accès en libre service peut être très dangereux. Une par jour ne pose pas de problème.             Que diriez-vous du foin nouveau ? Il n’existe aucune étude indiquant que le foin nouveau est une cause de colique. Si vos chevaux en souffrent, consulter votre vétérinaire local pour identifier et éliminer les causes possibles. Étudiez les conditions environnementales telles que le climat et les parasites par une analyse du crottin. Avec une alimentation correctement équilibrée, vos chevaux devraient pouvoir éviter les problèmes de colique. Par le Dr. Margaret Winsryg, DMV   Source image : www.flickr.com/photos/33852840@N06/3445204092

Lire la suite

Évaluation de l’état de chair des chevaux

Table des matières Évaluation de L’état de chair Figure 1 Figure 2 Figure 3 Tableau 1 Évaluation du Troupeau à L’aide de L’évaluation de L’état de Chair Tableau 2 Résumé Figure 4 Références L’évaluation de l’état de chair (EEC) est une méthode objective qui permet d’évaluer les réserves de graisse du cheval, par laquelle on attribue un indice numérique facilitant la comparaison des chevaux entre eux. Nombre de propriétaires n’arrivent pas à déceler des variations importantes du poids vif des chevaux ou des variations liées à l’âge et aux types de race. Il en découle souvent une suralimentation ou une sous-alimentation. Figure 1. Diagramme des parties visées par l’indice d’état de chair (Adapté de Henneke et al. 1981, Texas A&M) L’évaluation de l’état de chair fait intervenir la palpation et l’évaluation visuelle du degré d’engraissement de diverses parties du cheval comme les côtes, la région de l’attache de la queue, l’encolure et le garrot, ainsi que l’arrière des épaules (figure 1). Les réserves adipeuses accumulées dans ces parties sont fonction de l’équilibre entre l’absorption et la perte d’énergie lors de diverses activités. Si l’équilibre énergétique est négatif (pertes d’énergie supérieures à l’absorption d’énergie), il y aura perte de poids, laquelle s’ensuivra d’une diminution de l’état de chair. Cet équilibre énergétique est lié à plusieurs facteurs, notamment : la disponibilité des aliments et de l’eau, les conditions atmosphériques (p. ex. température ambiante et froideur du vent), l’activité reproductrice (p. ex. gestation, lactation) et les demandes de la croissance et de l’état sanitaire en terme d’activité physique. Un équilibre énergétique positif (dépenses d’énergie inférieures à l’absorption d’énergie) se traduira par une production adipeuse et musculaire, ainsi qu’une amélioration de l’état de chair du cheval. Évaluation de L’état de chair Le système d’évaluation de l’état de chair décrit dans la présente fiche est principalement fondé sur le système décrit par Carroll et Huntington (1988)1. La palpation et l’examen visuel des côtes, de la région de l’attache de la queue, de l’encolure et du garrot, ainsi que de l’arrière des épaules facilitent la comparaison des chevaux présentant des réserves de graisse corporelle d’abondance différente, sans égard à la taille corporelle ni à la race du cheval. La figure 2 présente les lignes de contour des profils correspondant aux divers indices d’état de chair (IEC). Les profils d’IEC de 0 et 1 suivent le dessin du squelette et décrivent respectivement l’état d’émaciation et de maigreur extrême. L’indice de 3 décrit une apparence harmonieuse de la structure squelettique et représente l’état de chair optimal du cheval pour son maintien, sans gain ni perte de poids. La structure squelettique des chevaux dont l’indice est de 3+ à 4 a une apparence arrondie. Leur état de chair est supérieur à la moyenne, mais cela ne devrait pas nuire à leur capacité reproductrice, particulièrement lorsqu’ils sont élevés en plein air durant l’hiver. Figure 2. Vertèbre lombaire – Vue transversale antérieure indiquant les lignes de contour du profil correspondant à chaque indice d’état de chair Figure 3. Évaluation de l’état

Lire la suite

Le sélénium dans le régime alimentaire du cheval

Qu’apporte le sélénium dans le régime alimentaire du cheval ?        Afin de fournir un régime alimentaire équilibré à votre cheval, il est important d’examiner tous les aliments que vous lui fournissez. Le sélénium est un des minéraux essentiels utiles à l’entretien et à la croissance des tissus. Associé à la vitamine E, il entretien le muscle et la circulation vasculaire au niveau cellulaire. Le sélénium fait partie de l’enzyme peroxydase de glutate, un antioxydant. Les antioxydants protègent les membranes et composants des cellules des oxydations. Les carences en sélénium peuvent avoir comme conséquence la dystrophie musculaire chez les jeunes chevaux en croissance, appelés la maladie des muscles blancs, où le muscle devient réellement pâle et non fonctionnel.    Les poulains deviennent trop faibles pour se nourrir et meurent s’il ne sont pas traités. Chez les chevaux plus âgés, une carence de sélénium provoque un affaiblissement de l’animal (tendance à la myopathie). Le sélénium est également un composant de l’enzyme qui contrôle la production de l’hormone thyroïdienne, T4 (thyroxine). Dans certains cas, l’hypothyroïdisme est un symptôme secondaire. Le sélénium est habituellement ajouté aux régimes du cheval au travail, avec la vitamine E, afin de protéger les tissus des muscles.    Réciproquement, les excès du sélénium peuvent être toxiques pour les chevaux. La toxicité aiguë peut avoir comme conséquence des coliques, la cécité, et même la mort, alors que la toxicité chronique se manifester par mue des sabots, de la crinière et de la queue, un manque de vitalité, et la perte d’appétit. Les apports minimum du sélénium recommandés dans le régime sont au moins de 0,1 milligrammes par kilogramme d’alimentation. Les apports maximum ne doivent pas dépasser 2 milligrammes par kilogramme d’alimentation. Le sélénium existe dans le sol sous plusieurs formes inorganiques et sous les formes organiques dans la matière végétale décomposée. Les fourrages absorberont naturellement le sélénium des sols. Le problème est que le taux dans les plantes varient selon les régions. Si vous êtes dans une zone sélénium-déficiente, contrôlez les étiquettes sur les paquets d’alimentations commerciales pour voir si le sélénium est en quantité suffisante. Le sélénium supplémentaire est habituellement fourni sous forme de sélénite de sodium, un composé qui est aisément absorbé par les chevaux (approximativement 77%). Si on suspecte des carences ou la toxicité, votre vétérinaire peut mesurer le taux dans le sérum du sang de votre cheval. Ensuite, vous pourrez prendre la décision d’ajouter ou non un CMV (complément minéral vitaminé). Par Isabelle PIQUÉE, agronome.  

Lire la suite

Tables de la composition chimique des aliments du cheval

Tables de la composition chimique des aliments du cheval   CLASSEMENT DES ALIMENTS N° Fourrages verts Prairies permanentes 1 à 17 Graminées fourragères 18 à 33 Légumineuses fourragères 34 à 42 Ensilages Prairies permanentes 43 à 49 Graminées 50 à 55 Maïs 56 à 58 Foins Foin de prairies permanents 59 à 84 Foin de graminées 85 à 91 Foin de légumineuses 92 à 100 Pailles 101 à 111 Fourrages déshydratés et agglomérés Luzerne 112 à 114 Racines, tubercules et sous-produits Racines et tubercules 115 à 117 Pulpes 118 à 119 Céréales 120 à 124 Sous-produits des céréales 125 à 131 Graines de légumineuses 132 à 134 Sous-produits des graines protéagineuses et oléagineuses 135 à 142 Sous produits d’origine végétale 143 à 148 Sous-produits d’origine animale 149   TABLES DE LA COMPOSITION CHIMIQUE ET DE LA VALEUR NUTRITIVE DES ALIMENTS: Valeur nutritive aliments par kg MS Aliments UFC MADC P Ca Mg MS (kg) numéro FOURRAGES VERTS Prairie permanente prairie permanente de plaine 1er cycle, stade très précoce 0,89 121 4,5 7,5 2 0,15 1 1er cycle, épi à 10 cm 0,84 103 4 7 2 0,17 2 1er cycle, début épiaison 0,78 75 3,5 6,5 2 0,17 3 1er cycle, épiaison 0,73 66 3 6 2 0,18 4 1er cycle, pleine épiaison 0,67 58 3 6 2 0,18 5 1er cycle, floraison 0,57 47 2,5 5,5 1,5 0,19 6 2ème cycle, feuillu, 5 semaines 0,8 146 4 8 0,18 7 2ème cycle, 5 semaines après déprimage 0,78 92 3,5 7 0,17 8 2ème cycle, feuillu, 8 semaines 0,75 80 3,5 7,5 2,5 0,18 9 2ème cycle, 8 semaines après déprimage 0,67 59 3 6 0,2 10 3ème cycle, 6 semaines 0,78 135 4 6,5 3 0,16 11 herbes résiduelles d’automne 0,59 42 0,2 12 prairie permanente de montagne 1er cycle, épi à 10 cm 0,88 99 4,5 8 3 0,17 13 1er cycle, pleine épiaison 0,67 60 3,5 7 2,5 0,2 14 1er cycle, floraison 0,56 46 2,5 6,5 2,5 0,217 15 2ème cycle, feuillu, 6 semaines 0,79 137 4 11 4,5 0,18 16 3ème cycle, 6 semaines 0,82 119 4 11 4,5 0,2 17 graminées fourragères 1er cycle, épi à 10 cm 0,81 145 4 4 2 0,16 18 1er cycle, pleine épiaison 0,63 62 2,5 3 1,5 0,2 19 2ème cycle, feuillu, 5 semaines 0,78 159 3,5 5,5 2 0,17 20 3ème cycle, 6 semaines 0,76 126 3,5 6,5 2,5 0,18 21 Fétuque élevée 1er cycle, épi à 10 cm 0,72 100 3,5 4 2 0,19 22 1er cycle, pleine épiaison 0,58 60 2,5 3,5 1,5 0,2 23 2ème cycle, feuillu, 5 semaines 0,72 99 3,5 4,5 2,5 0,18 24 3ème cycle, 6 semaines 0,7 101 4,5 5,5 2,5 0,19 25 Ray-grass anglais 1er cycle, épi à 10 cm 0,88 100 4 5,5 2 0,17 26 1er cycle, pleine épiaison 0,66 34 2,5 5,5 1,5 0,2 27 2ème cycle, feuillu, 6 semaines 0,84 112 4 4 1,5 0,18 28 3ème cycle, 6 semaines 0,8 107 4,5 6

Lire la suite

On l’appelle son… Mais ce n’est que de la graisse…

Le son, alimentation du cheval ? Les sous-produits alimentaires ont toujours été utilisés dans l’alimentation du cheval comme sources de calories, de protéine ou d’autres nutriments. La farine de soja, les drèches de brasserie déshydratées, les grains de coton et même la mélasse sont justes quelques exemples. Ajoutez maintenant le son de riz à cette liste. Les grains de riz sont couverts d’une peau mince et emballés dans une coque fibreuse et non comestible, tout comme des amandes. On doit les traiter ; les coques de riz sont broyées et la peau est pelée. Ces flocons minuscules et jaunâtres ont un contenu à très haute teneur en graisses. Ils sont lancés sur le marché en tant que son de riz cru ou traité. Le son de riz non-traité et cru n’est pas comestible pour l’homme. Quand le son de riz cru est transformé, des conservateurs sont ajoutés pour maintenir les éléments nutritifs. Le son est écrasé en passant à travers une filière, ainsi le son est chauffé est compressé afin de supprimer toute trace d’humidité. Ce processus d’extrusion stabilise le son et permet de le conserver approximativement un an. La renommée du son de riz vient du fait qu’il a une teneur en lipide de 20 pour cent. Il contient 219 grammes de lipide par kg, presque la même quantité de lipide qu’une demie tasse d’huile végétale. Il a également un niveau élevé en vitamine E — 440 unités internationales. Un cheval au travail a besoin de 80 unités internationales par kg d’alimentation. Pour un cheval recevant 10 à 12 kg d’alimentation au quotidien, moins d’un demi-kg de son de riz fournit la moitié de ses besoins en vitamine E. Un demi-kg de son de riz fournit également 0,5 mg de sélénium, 0,3 mg de biotine plus d’autres vitamines B et minéraux. LES AVANTAGES DU SON. La vitamine E est bénéfique pour les poils, la peau et les sabots des chevaux. De plus votre cheval assimile plus d’énergie sans hyperactivité. Il y a également moins de chance que votre cheval se gonfle avec du foin. L’énergie vient alors d’une source de lipide et non d’une source d’hydrate de carbone. L’utilisation des lipides à la place des amidons ( » hydrates de carbones « ) diminue la fermentation dans le petit intestin. Cela signifie moins de chance de colique gazeuse. Les graisses permettent de faire rentrer plus d’énergie dans moins de volume. Il est facile pour des chevaux de convertir cette graisse en énergie, car il l’assimile et l’utile assez facilement. QUELQUES ATTENTIONS. En raison de sa teneur en graisse et de son efficacité métabolique, le son de riz réduira la quantité alimentaire dont un cheval a besoin pour répondre à ses exigences quotidiennes en calorie. Cependant, le son de riz ne peut pas remplacer une autre graine, mais doit être utiliser en complément. Sinon, le cheval aura de trop gros apports en énergie pour la même quantité de grain et risque l’obésité. L’inconvénient du son de riz est son rapport calcium /phosphore très faible.

Lire la suite

Les aliments pour les chevaux

Quels sont les aliments pour votre cheval ? On peut alimenter le cheval de sport selon deux modalités: en ayant recours à une alimentation traditionnelle à base de grains, de foin, avec une complémentation à partir de concentrés azotés et minéraux, ou en utilisant les produits industriels présentés en granulés. Le choix entre les deux méthodes est une question de prix de revient, le léger surcoût des granulés étant compensé par le gain de temps en personnel et par la diminution des volumes de stockage. On peut aussi, si l’on entretient l’animal en milieu rural, le mettre au pâturage, en prenant toutefois quelques précautions afin d’utiliser correctement les herbages et d’éviter les accidents alimentaires. COMPOSITIONS DES ALIMENTS: Les aliments qui composent la ration du cheval sont principalement d’origine végétale (fourrage, grains et graines, résidus de culture et sous-produits de l’industrie agro-alimentaire) et parfois en moindre quantité d’origine animale (farines de viande, graisse animales, lait, et sous-produits). La composition chimique des aliments: aliment ———–eau            ———– matière sèche————-matières minérales———–macro et oligoéléments                                                 ————- matière organique————glucides                                                                                                 ————lipides                                                                                                 ———— protides LES ALIMENTS TRADITIONNEL: avoines tourteau de soja mélasse orge levure de bière carottes maïs fourrages pommes de terre blé foins topinambours son de blé pailles betteraves son de riz graines de légumineuses sucre eau LES ALIMENTS INDUSTRIELS: L’industrie de l’alimentation animale fournit actuellement des granulés équilibrés qui permettent une alimentation presque parfaite. Pour chaque type de travail, pour chaque période physiologique, il existe un aliment spécifique: les granulés destinés aux poulinières n’ont pas la même composition que ceux utilisés pour les chevaux de compétitions et pour les chevaux de club hippique. Il faut donc suivre étroitement les conseils du fabricants et ne pas distribuer à un cheval des granulés qui ne conviennent pas à son travail ou à son état physiologique. Il y a lieu, également, de bien respecter les dates limites de consommation, au-delà des-quelles le fabricant ne peut plus garantie la conservation des vitamines.   source image : www.flickr.com/photos/jfrenaud/6954008555

Lire la suite